6 mois ! Episode 6

voyage
7 Mar

6 mois ! Episode 6

6 mois ! Episode 6

Le 30 janvier, on a eu six mois ! Six mois qu’on a quitté maison, amis, famille, travail, école, activités, douche chaude et Saint Nectaire. Six mois qu’on voyage à travers le continent.
Pour ce bilan, on a reçu toutes vos questions !
Alors, on va essayer de vous répondre honnêtement.

Dans cet épisode 6 :

  • Comment c’est les enfants dans si peu d’espace ?
  • Comment c’est les parents tous les deux tout le temps ?

C’est parti !

Comment c’est les enfants dans si peu d’espace ?

Véro : C’est horrible génial ! A vrai dire, on est peu souvent confinés dans le petit espace du camping-car. Pendant la route, ils s’inventent des aventures de dingue avec leurs doudous ou lisent. A l’arrêt, ils sont surtout dehors. Je trouve que la proximité les soude plutôt. Ton frère devient ton meilleur copain de jeux en voyage donc il vaut mieux être en bons termes. Je trouve qu’ils savent mieux accepter quand l’un d’eux dit « J’ai plus envie de jouer, j’ai envie d’être tranquille » Ils savent s’occuper seuls aussi. Dans si peu d’espace, le plus compliqué, c’est le rangement. Toujours remettre les choses à leur place, quand tu es dans ton monde de jeux, ça ne matche pas. Mais notre organisation en équipe a vraiment responsabilisé chacun. Ils ont leurs caisses perso pour leurs affaires. Non vraiment, la réponse qui me vient, c’est qu’on a jamais eu autant de place : hier des dunes, aujourd’hui une forêt, demain Olympie…
Avec les enfants, j’ai plus une difficulté d’espace mental. Par exemple, la marche me régénère. Quand je marche, mon esprit vagabonde vite, je m’envole vers d’autres cieux, je débranche. Et Noé, ce qu’il aime, c’est capter l’attention de l’adulte présent pour partager ses propres rêveries. C’est un supplice pour moi !! Je lui exprime et il tient 5mn. On progresse… et je m’octroie des temps de marche seule 😉
On apprend à organiser nos temps sans enfant. Ils se font un ciné dans la capucine et nous un film dans notre chambre par exemple.

J’aime vivre avec eux. J’ai parfois l’impression de m’offrir une deuxième enfance. En 10 ans, ils m’ont amenée à découvrir que j’ai des émotions et des limites et bien plus encore. Alors oui des fois je sature mais j’ai appris a prendre soin de moi. Et le temps file tellement vite que je vis comme une chance immense de vivre à leurs côtés chaque jour.

Manu : comment dire sans choquer ? … c’est l’enfer-au-paradis ! On répète les routines tous les matins et tous les soirs mais il y a encore des pieds sans chausson, des « trésors » dans mes affaires, des pyjamas pas rangés, des dents pas brossées, des chaussures qui trainent, des doudous en pagaille, les coudes trop envahissants à table, les batailles de pieds sous la table… Heureusement, on a résisté aux Lego, donc pas de Lego écrasé au réveil. Les trucs les plus difficiles, c’est les chamailleries « non-si », les moments de folie au moment de se coucher, les blocages devant les incompréhensions en maths ou en anglais, … la pédagogie est l’art de la répétition mais ce serait bien si les progrès venaient plus rapidement.
Mais les enfants dans si peu d’espace, c’est aussi les voir évoluer, travailler sur soi pour trouver des solutions non-violentes, jouer en famille, faire des câlins un peu n’importe quand, s’émerveiller devant leur inventivité, faire la cuisine ensemble,… Quand on peut se balader dans des grands espaces ou quand ils peuvent jouer avec des enfants de leur âge, ils sont plus sereins, moins en tension, des moments de grâce ! J’ai emmené dans mes livres à lire un bouquin sur les décisions absurdes, en fait ça traite de la fiabilisation des systèmes humains. Dedans j’ai trouvé des trésors pour réussir ou pas trop foirer la vie commune dans un espace retreint où les facteurs humains peuvent avoir une influence décuplée et faire prendre de mauvaise décision ou des comportements contre-productifs. C’est très utile pour savoir quand est-ce qu’on est en train de s’engouffrer dans un travers et sur quels principes bâtir une organisation fiable. Et devinez quoi ?! …. c’est la coopération qui permet la fiabilité ! Avec le principe de non-punition des erreurs et l’intégration des facteurs humains.

Serbie

Comment c’est les parents tous les deux tout le temps ?

Véro : Pour les parents, c‘est un beau challenge ! Ca m’a demandé de lui laisser une place parce que clairement au début, il y avait un trio Joseph/Noé/ moi et à côté papa. On a pris conscience assez rapidement du fonctionnement dans lequel on était !!! Maintenant, on parle de nos désaccords et c’est vraiment passionnant. « Quand tu as dit …., je me suis sentie…. Et j’aimerais que…. » « Qu’as-tu voulu dire… ? » « Ah ça non, je ne peux pas te laisser lui parler comme ça… » Le plus délicat, c’est certainement, devant l’enfant, de montrer ouvertement un désaccord. On explique alors ce qu’on ressent sans juger. « Papa pense que…, je pense que… toi tu veux… quel compromis satisfait tout le monde ? » On essaye d’être démocratique, à l’écoute. On apprend à calmer nos émotions pour pouvoir parler plus tard. Sauf que pouvoir parler juste entre nous deux, c’est pas gagné. On est beaucoup tous les quatre, le soir je m’endors hyper vite et tôt et le matin, c’est lui qui n’est pas réveillé quand moi j’ai tout à raconter et les idées claires. Face à un même comportement, papa et maman ne réagissent pas du tout pareil. Notre ligne rouge n’est pas au même niveau ni sur les mêmes choses. Du coup, parfois, je me dis « Mais qu’est-ce qu’il a à s’énerver comme ça ?? » et vice versa… On a embarqué avec nous le livre « Ecouter pour que les enfants parlent et parler pour que les enfants écoutent » de A. Faber et E. Mazlich et on l’ouvre de temps en temps pour se ressourcer, se réaligner sur nos intentions d’éducation bienveillante. Ce qui nous fait du bien aussi, c’est de varier : passer du temps avec un seul enfant en tête à tête, partir seul avec les deux, affirmer notre besoin d’une soirée en amoureux et les laisser gérer leur soirée…Et on essaie de ne pas atteindre le moment où ils nous sortent par les yeux pour prendre soin de nous !!

Manu : Vivre ensemble tout le temps c’était un des trucs qui me faisait le plus peur avant de partir. Peut-être parce qu’on a souvent peur de ce qu’on ne connaît pas. Le franchissement du Rubicon du voyage pour moi ce fut la frontière Slovaque. Symboliquement, c’était la limite au delà de laquelle c’était l’aventure, la vie nomade, l’autre chose, l’inconnu, le déraisonnable, bref un bon petit sac de noeuds dans mon esprit. J’étais insupportable car tout m’insupportait, les enfants et leurs comportements d’enfants, la chérie, tout… Dans le contexte du voyage ça ne dure pas longtemps, ça explose vite, les crises ne restent pas longtemps à l’état de larve… Donc grosse engueulade, j’ai reçu mes 4 vérités et l’électrochoc m’a remis en état de marche. Enfin pas tout de suite, je me suis d’abord bloqué le dos à ne plus pouvoir sortir du lit… A partir de ce moment, la vie à 2 tout le temps n’est que félicité et béatitude… Non je rigole. Disons, qu’on apprend à ne pas mettre de l’huile sur le feu, à comprendre le besoin de l’autre qui est à la source de sa colère petite ou grande, à chercher à profiter de ce voyage… On a quelques rôles déterminés, ça aide à trouver une place pour chacun : Véro pilote, je co-pilote à la carte et aux manoeuvres, elle s’occupe plutôt du français et moi des maths et des sciences, je fais les feux de camp, le reste est à tour de rôle. Le voyage permet d’avoir des rapports plus égalitaires. Les règles de vie communautaire sont plus claires, voire écrite, ça change pas mal de choses. Les 4 accords Toltèques et les 4 vertus cardinales, répétées comme des mantras m’aident à m’adapter à la vie familiale.
C’est sûr que ce voyage nous a rapproché, on réalise un rêve ensemble, on découvre des pays et des cultures ensemble, on profite de la vie ensemble, les liens s’affermissent. Je parle davantage avec elle sur mes états d’âme. Le voyage est une sacrée expérience pour le couple.

Les autres épisodes de la série :

Episode 1 : l’idée, le parcours

Episode 2 : le programme, la préparation

Episode 3 : est-ce qu’on pense au retour ? Le chargement du camping-car

Episode 4 : comment se passe l’école en voyage ? Avez vous une journée type ?

Episode 5 : les enfants profitent ? sont-ils les plus heureux du monde ? Est-ce que les copains et la famille leurs manquent ? les cheveux de Noé, la vie nomade.

Episode 6 : Comment c’est les enfants en espace réduit ? le couple 24h/24 ensemble ?

Episode 7 : est ce que notre vision de la vie a changé ? Est-ce qu’on conseillerait ce voyage ? Est-ce qu’il nous manque quelque chose de français ?

Episode 8 : Notre plus gros coup de foudre ? plus grande émotion ? plus belle colère ? plus belle galère ?  image la plus colorée ?

 

 

______

Vous avez remarqué ? Il n’y a pas de pub sur notre blog ! Si vous aimez ce qu’on fait, si vous rêvez avec nos mots et nos photos, si on vous apporte un peu de chaleur et de soleil, vous pouvez participer à la cagnotte Leetchi !

One Comments “6 mois ! Episode 6

  1. Quelle leçon de vie vous nous donnez! L’espace qui nous entoure ou que nous mettons entre nous et les autres nous évite de nous poser les vraies questions. Merci de votre confiance pour nous faire partager votre intimité, vos états d’ames et surtout vos conseils pour une bonne hygiène de vie à deux ou à plus. Bisous à vous 4

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *