Le Monténégro 🇲🇪 du 4 au 18 avril par Véro

Montenegro
29 Juin

Le Monténégro 🇲🇪 du 4 au 18 avril par Véro

Le Monténégro au printemps

Un an de voyage en famille à travers l’Europe ! Du 4 au 18 avril on découvre le Monténégro  après l’Albanie et avant la Bosnie. Découvrez avec nous la belle baie de Kotor, les vallées de la Morača et de la Tara, la gastronomie de montagne qui vaut bien notre aligot et le manque surprenant d’intérêt de la capitale Podgorica….

Les ceintures sont bouclées ?! Les placards et le frigo sont fermés ?! Les fenêtres et les portes verrouillées ?! Les rideaux sont ouverts ?! Plus rien ne peut tomber ?! Contrôle visuel ok ; Niveaux ok ; eau ok ; vidange ok …

On démarre ! 

Présentation du Monténégro

Capitale: Podgorica

Devise: euro

Langue: monténégrin (langue slave très similaire au bosnien, au croate et au serbe)

Population: 626000 habitants

Superficie: 13812 km2

Relief: plus de la moitié du Montenegro se trouve à plus de 1000m au-dessus du niveau de la mer et 15% du pays est situé à plus de 1500m d’altitude

Salaire mensuel moyen: 480€

Histoire récente du Monténégro

Le  Monténégro est indépendant de la Serbie depuis 2006. Son président est Filip Vukanovic depuis 2013 (troisième mandat). En juin 2012, le Monténégro a déposé sa demande d’adhésion à l’Union Européenne. La Commission européenne a noté que « la corruption reste répandue et très préoccupante et entrave les enquêtes pénales menées dans les affaires de criminalité organisée ». Le gouvernement aimerait également rejoindre l’OTAN mais les habitants sont plus mitigés : pendant la guerre du Kosovo, bien que neutre, le Monténégro a vu son aéroport  bombardé par l’OTAN à Podgorica. 

Mercredi 4 avril une entrée bucolique

Nous entrons au Monténégro par le poste frontière de Murikan-Sukobin en provenance de Skoder en Albanie. On se gare pour notre photo traditionnelle d’entrée. Un homme vient nous demander des outils, son pneu arrière de scooter est crevé. C’est sa femme qui nous photographie pendant qu’il s’acharne sur sa roue et explose une de nos clés! On leur propose de les conduire où ils veulent mais un de leurs copains va venir. On redémarre: sur la gauche au loin, il y a la mer Adriatique et sur la droite une longue chaîne montagneuse. Nous allons la franchir par une magnifique route panoramique pour rejoindre le lac de Skadar, plus grand lac des Balkans. C’est un Parc National.  La redescente côté lac est charmante sur une petite route qui court entre des murets de pierre égayés d’arbres en fleurs. Notre bivouac du soir est parfait, au bord de l’eau. Quelques cormorans barbotent ce qui fait dire aux pêcheurs que ça doit mordre ici. La nuit tombe, je mets cuire les pâtes qui resteront végétariennes…

Jeudi 5 avril les charmes du lac de Skadar … Mais pas ceux de Podgorica 

On se réveille avec trois gouttes de pluie, ce qui nous incite à prendre notre temps et faire un peu plus d’école. La route qu’on emprunte ensuite surplombe le lac pour des vues splendides, malheureusement un peu ternies par la grisaille du jour. Pour la première fois depuis longtemps, on croise des touristes. On fait un arrêt dans le petit village de Virpazar, célèbre pour être la porte d’entrée monténégrine du lac et où se concentrent donc locations de bateaux et agences d’excursions sur le lac. On commence par grimper aux ruines du château de Bessac et on a la surprise d’observer des hirondelles dans une maison abandonnée, ce qui plait beaucoup à Noé. De là-haut, rien d’exceptionnel. Dans le bourg non plus mais l’observation d’un pêcheur à filet, en barque, nous plait bien. Sa technique nous paraît acrobatique! 

On poursuit direction la capitale, Podgorica, avec un arrêt chez un caviste. Manu choisit quelques bouteilles de vin rouge : du Vranac,  le cépage qu’on retrouve dans tous les Balkans.

La visite de Podgorica ne nous laissera pas un souvenir impérissable. Le quartier ottoman a depuis belle lurette disparu et il n’en subsiste qu’une tour de l’horloge et une mosquée qui ne nous ont pas émus. Idem pour les ruines de la forteresse de Ribnica avec son petit pont sur la Ribnica. C’est le le rendez-vous des amoureux… et des ordures qui s’accrochent aux branches…

On a tenté de suivre des jeunes touristes,  on sait jamais peut-être connaissent-ils des beautés cachées… mais non,  même les bâtiments gouvernementaux n’ont aucun intérêt architectural… La loose.  On finit dans une galerie marchande agglutinés sur un banc pour une mission wifi efficace. Ça ne ressemble pas vraiment à mon idée de l’aventure mais j’ai appris à accepter qu’il n’y a pas que des moments exaltants dans le voyage.

Vendredi 6 avril Retour à la nature … et ouf : une belle ville !

Avant de quitter Podgorica, on choisit d’aller au marché de la ville. Quelques jours avant Pâques, on y découvre plein d’étals de décorations pascales et de matériel de loisir créatif pour décorer soi-même des oeufs. On trouve même des sacs de pelures d’oignons comme colorant naturel. Entre nous, l’ambiance est un peu électrique. J’ai l’impression que les enfants n’arrêtent pas de râler, j’ai l’impression de les traîner comme des boulets. Manu est dans sa bulle. On a du mal à choisir ce qu’on fait après. On traîne. Bon, on aimerait avoir un dernier regard positif sur Podgorica alors on se dirige vers le Palais de Petrovic, centre d’art contemporain dans un grand parc. Pas de chance, c’est fermé. L’endroit est agréable tout de même pour pique-niquer et ça nous détend d’un cran. 

On repart, en direction de Rijeka Crnojevic, un petit village à l’extrémité nord-ouest du lac Skadar. La route pour y arriver offre de beaux panoramas sur ce grand lac que nous côtoyons depuis l’Albanie et sur la rivière. Dans le village, il y a un joli pont de pierre en arc mais le niveau de l’eau est tellement haut que le chemin qui le prolonge est englouti. On fait un petit détour par le pont moderne pour marcher en direction de la source de la rivière. Une deuxième fois, nous nous retrouvons bloqués par l’eau. Moi qui avais repéré une belle boucle à pied, ça commence à m’agacer. Faire preuve d’acceptation est visiblement ma leçon du jour… La cueillette d’asperges sauvages et de nombrils de Vénus me change les idées. La Nature est si généreuse…

On termine la journée à Cetinje. On s’y sent bien tout de suite. C’est en fait l’ancienne capitale du pays et la nouvelle n’a rien à lui envier. On s’y promène un peu avant la tombée de la nuit et on est charmés par l’ambiance austro-hongroise, les maisonnettes colorées et les belles villas Art nouveau. Sur la place entourée de bars, une petite fille nous parle. Son papa nous rejoint et on discute un peu. Il est responsable d’une entreprise de transport et vient régulièrement en France. On parle du salaire et du coût de la vie, il se demande comment les gens font ici pour s’offrir un café en terrasse. ..

Samedi 7avril 360• sur le Monténégro !  

Ce matin, on profite du grand soleil pour visiter à nouveau la ville. On grimpe sur les hauteurs mais on ne voit pas encore les sommets enneigés du Lovcéen, la montagne noire à laquelle le Monténégro doit son nom (crna gora en montenegrin, monte negro en italien). On cherche aussi une carte sim pour avoir Internet, pouvoir communiquer avec nos proches et mettre à jour blog et page Facebook. On se rend compte que c’est un de nos besoins fondamentaux et que la tension générale est beaucoup plus élevée quand ce besoin n’est pas satisfait. Manu achète cette carte à un kiosque,  la carte ne marche pas. .. Manu trouve une agence de la compagnie de téléphonie mobile et expose le problème. Normalement la boutique est fermée, le gars présent est un technicien qui ne parle pas anglais… Manu arrive à  se faire comprendre et il comprend à son tour que la dame du kiosque doit faire une manip. Ça va être drôle … Du coup Manu demande avec des signes si le gars peut venir expliquer à la dame du kiosque… et non… il ne peut pas quitter la boutique. Une fois retourné au kiosque,  à force d’incompréhension, la dame va chercher une copine à  elle qui parle anglais  au bar du coin. Tout s’éclaire enfin !  Sauf qu’à la fin il faut soi-même appeler un numéro où ça parle Monténégrin… Heureusement celle qui parle anglais a accepté de le faire pour Manu !  Quelle histoire pour cette carte !  Conclusion : à l’étranger mieux vaut acheter sa carte SIM en agence et non en kiosque !  

La route du jour s’avère des plus plaisantes. On traverse des châtaigneraies, une micro-station de ski, il y a des sources un peu partout puis le décor se fait plus minéral. Par une route qui monte et monte encore, se rétrécit et se déroule entre des hauts murs de neige, nous débarquons dans un cul de sac sur le micro parking du mausolée de Njegos et je cale Slowpy entre un mur de neige et le chasse-neige dans l’unique place restante. On grimpe dans un tunnel les 461 marches qui conduisent au sommet du pic Jezerski. Tout en haut, deux géants de granit gardent l’entrée du mausolée de Pierre II, héros national. On est impressionnés par la grande voûte en mosaïque dorée et la statue funéraire taillée dans un unique bloc de granit noir gardée par un aigle immense. Derrière le monument, on fait encore quelques pas dans la neige jusqu’à une plate-forme panoramique spectaculaire. 

Le froid nous décide à redescendre en altitude et nous roulons jusqu’à Njegusi, alléchés par les deux spécialités locales: le prsut (à vos souhaits!), c’est un jambon fumé et le sir (fromage). On croit à un début d’incendie au moment où on voit de la fumée sortir à travers un toit mais on réalise que c’est un séchoir géant. Le producteur chez qui on s’arrête, nous fait visiter: des dizaines de jambons sont accrochés à la charpente, le parfum est à saliver…. On investit dans un beau jambon, un saucisson, un fromage et une bouteille de rakija (eau de vie) .

La nuit est tombée quand on trouve notre bivouac: un nid d’aigle accroché tout en haut de la fameuse route Serpentine qui relie Kotor au mont Lovcéen: 17km et 25 lacets nous attendent le lendemain! La vue sur Kotor et sa baie illuminée est un vrai cadeau.

Dimanche 8 avril et lundi 9 avril la belle baie de Kotor  la vénitienne.

On démarre assez tôt pour rouler sur cette fameuse Serpentine. J’appréhende un peu d’avoir à y croiser des gros bus de touristes. La route s’avère large et les virages, numérotés, pas si serrés que ça. On a fait bien pire que ça!! On arrive tranquillement à Kotor où un bivouac gratuit au bord de l’eau nous accueille. Kotor est nichée tout à l’intérieur, tout au bout de la baie de Kotor. Il y a la mer qu’on croit lac, les montagnes abruptes et entre deux cette ville protégée de longs remparts. On commence par grimper sous le soleil les 1350 marches jusqu’au sommet de la forteresse. On transpire à grosses gouttes pour une vue inoubliable. Sous nos pieds, le dédale des petites rues entre les murailles et à perte de vue, la baie et les montagnes. On pique-nique à l’ombre avant de redescendre savourer une grosse glace méritée. Il y a du monde mais c’est très supportable. Il parait qu’en été, il faut faire la queue pour passer les portes de la vieille ville. Nous apprécions de flâner en touristes. On passe une agréable soirée avec un couple bulgare, Didi et Djivko. A chaque weekend, ils s’échappent avec leur voiture, dorment dehors et se baladent en skate-board. Ils nous font des petits cadeaux: confiture, vin et biscuits. 

Le lendemain, nous enfourchons les vélos! C’est la première fois depuis longtemps et on se remémore nos virées le long du Danube. Nous pédalons gaiement au bord de l’eau en direction de la chapelle d’Andela. De là, la vue sur Perast, ses palais et le monastère sur une petite île est très agréable. Nous pique-niquons sur la plage. Décidément en quelques kilomètres, nous sommes passés du printemps frais à l’été. Nous laissons les vélos pour monter à pied jusqu’à un hameau abandonné, Gornji Stoliv. Effectivement le seul être vivant qu’on croise est un énorme orvet qui peine à se cacher dans le muret de pierres qui borde le chemin. La balade dans la châtaigneraie est très agréable et la pause dans une petite prairie bucolique à souhait.

Manu termine la soirée au bar du coin pour mettre en ligne l’article sur la Grèce, petite évasion en solo dont il rentre parfumé au tabac jusqu’aux os…Beurk, douche obligatoire !  Déception quand il s’aperçoit qu’il a perdu son collier et ses pendentifs en or pendant la balade…

Mardi 10 avril encore un peu de baie de Kotor s’il vous plaît

On se réveille avec quelques gouttes de pluie, temps idéal pour se consacrer à nos écritures. On est très honorés de répondre à une interview pour le magazine clermontois gratuit QLF!

Puis on quitte ce beau bivouac pour explorer le reste de la baie. On fait une halte à Perast, la minuscule ville qu’on a vue depuis l’autre rive la veille. Il y a eu là jusqu’à 16 églises et 17 palais somptueux. Certains sont en ruines mais on sent que l’endroit est en train de devenir un petit Saint Tropez. On fait le plein d’eau sur la place au bord de l’eau. Hors saison, on peut se glisser n’importe où en camping-car, c’est vraiment pratique et agréable. Un peu plus loin, à Donji Morinj, on a la chance de se trouver un nouveau bivouac au bord de l’eau. Nous aurons donc fait une énorme étape de 24km 😉 C’est bon de prendre son temps! Noé et Manu pêchent tandis que Joseph et moi allons explorer les environs. Des amis voyageurs nous ont parlé d’un restaurant fort alléchant et j’aimerais y réserver une table pour y fêter en beauté l’anniversaire de Manu le lendemain. On trouve le restaurant, le Konoba Catovica Mlini. Le cadre est enchanteur, ancien moulin, vaste parc, allée de bambous… la carte est effectivement fort attirante… mais les prix sont plus gros que mon porte-monnaie… mais c’est l’anniv de l’amoureux… je pourrais bien casser la tirelire… mais on est déjà très gâtés par le voyage chaque jour… mais quand même, avec cette somme on peut se nourrir 10 jours… je me fais des noeuds au cerveau la moitié de la nuit, errant entre culpabilité et envie… 

Mercredi 11 avril Dubrovnik pour un anniversaire ! 

Au réveil, je me décide à parler vrai à Manu, à lui dire que j’aimerais l’inviter dans ce beau restaurant mais que le budget est conséquent. Quand je lui précise les prix, il m’ôte 10kg de chaque épaule en me disant que non franchement, ça ne lui fait pas envie, que son bonheur est déjà complet, que ce n’est pas pour nous, que c’est fou pour le Monténégro, qu’il le laisse volontiers à Michael Douglas et Catherine Zeta-Jones qui ont investi près d’ici…

Mais alors, on fait quoi pour son anniversaire? La baie de Kotor nous déçoit un peu maintenant qu’on a quitté Kotor. On visite rapidement la vieille ville d’Herceg Novi à l’embouchure de la baie mais le coeur n’y est pas. Trop de bruit, trop de voitures et notre première amende de stationnement du voyage! 

On tente de passer par la côte pour aller à  Dubrovnik mais le poste frontière visé est fermé. Pas possible de prendre la petite route tranquille et isolée,  obligé de prendre le gros axe comme tout le monde.

On se retrouve rapidement à Dubrovnik en Croatie. Je vous raconterai ça dans l’article sur la Croatie… Suspense!! Heureusement qu’on avait plein de câlins et de mots d’amour en stock pour Manu… Pour le cadeau , on a déterré du fond de la soute la boîte que des copains nous avaient préparée en cas de mal du pays.  On se dit que maintenant  on ne connaîtra jamais ce mal étrange (sauf Joseph qui parfois à le blues de la maison et de Minouchette notre chatte) alors on l’ouvre comme cadeau.  On craignait des trucs qui nous rappellent les mauvais côtés de la France (genre racisme et beaufitude) pour reprendre goût au voyage mais non en fait on a droit à  du chocolat,  une fiole d’air d’Auvergne,  une moustache tricolore,  Un CD de musique auvergnate,… bref on a bien rigolé !  Merci les copains !  Et l’autre bon souvenir qui restera de cette soirée, c’est d’avoir regardé tous ensemble le très beau film Lalaland. Les garçons ont adoré cette comédie musicale. C’est chouette de partager avec eux le plaisir cinématographique!

Jeudi 12 avril retour à la nature montenégrine

On se réveille à Dubrovnik (je ne vous raconte toujours pas, ah ah, patience patience, l’article Croatie va finir par arriver) et on s’apprête à traverser un petit bout de Bosnie pour retourner explorer le centre du Monténégro. Hélas, au poste frontière d’Ivanica où on s’arrête, le douanier bosnien nous demande l’original de notre carte verte d’assurance. Elle est arrivée chez nous en janvier et notre amie Nadine nous la portera en mai en Croatie. Mais nous roulons sans l’original depuis janvier et avons simplement une impression couleur de la carte scannée. Ce qui n’a posé problème ni en Grèce, ni en Albanie, ni en Macédoine ni au Monténégro mais qui pose problème à ce douanier…. Il propose de faire venir quelqu’un qui pourrait nous vendre une assurance pour 40 euros. Mais bien sûr, non merci…. 

On opte pour un long détour et on se dit que quand on voudra aller en Bosnie pour de bon, on tentera notre chance à un autre poste frontière. Nous longeons à nouveau la baie de Kotor, à se demander si on va finir par quitter cet endroit un jour! 

Nous arrivons bien moulus en fin de journée au bord du lac Slano, près de Niksic. L’endroit est silencieux et vide, exactement ce qu’il nous fallait après l’expérience Dubrovnik! On se bichonne en savourant un verre de vin, un camembert et une baguette glanés à LIDL. Manu et Noé pêchent, Joseph et moi bouquinons au soleil face au lac,  le pied! Il en faut peu pour être heureux!

Vendredi 13 avril le monastère d’Ostrog

La vue du matin est splendide: reflet des montagnes dans l’eau claire, couleurs pastel… Nous savourons cette quiétude et prenons tout notre temps pour écrire et buller.

Nous roulons ensuite direction le monastère d’Ostrog. La route  s’élève vite au-dessus de la vallée de la Zeta et on comprend pourquoi nos copains Hugues, Emmanuelle et Mia qui voyagent en poids-lourd ont transpiré sur cette montée étroite avec des arches en pierre où ça a dû passer au centimètre près pour eux… On se gare près du monastère inférieur pour monter à pied comme les pèlerins. Le monastère est au-dessus de nous, encastré dans une falaise de 900m de hauteur. C’est le site le plus important du Monténégro pour les chrétiens orthodoxes. Le corps de Saint Basile y repose. Nous avons la chance d’arriver à l’heure de la messe du soir. Les chants envoûtants du pope sortent de la caverne. Les gens se recueillent dans un silence absolu. Nous admirons la vue sur la vallée dans cette ambiance méditative. 

Pour Joseph,  c’est une occasion d’apprendre à  ne pas se résigner,  à dépasser ses peurs : il a oublié son bâton favori là où les croyants attendent pour la messe,  on le motive pour qu’il aille le chercher (presque)  seul, « c’est peut être un détail pour vous,  mais pour lui ça veut dire beaucoup  » . Il se fait déjà tard mais on se motive à rouler un peu pour équilibrer avec le lendemain. On repasse par la capitale, Podgorica, ce qui nous permet de traverser un quartier un brin plus réjouissant que ce que nous avions vu au premier passage. On longe ensuite la vallée de la Moraca jusqu’au monastère de la Moraca. On s’endort à sa porte, bercés par une source fraîche. 

Samedi 14 avril un peu de polenta avec ta purée au fromage ?

Comme la nuit tombait à notre arrivée, on découvre le lieu ce matin. On déjeune au bord de l’eau. Deux moines chaleureux nous saluent. Nous visitons les deux églises du monastère et en admirons les fresques. Comme dans plein d’autres églises orthodoxes, l’enfer y est représenté. Ici des monstres marins à deux têtes dévorent les humains. Ce que nous apprécions le plus dans ce lieu, c’est la quiétude. Tout y est harmonieux, fleuri, calme, accueillant. Il y a des jouets d’enfants. Il est vrai que les prêtres orthodoxes, les popes, peuvent se marier. On rencontre un couple de français qui parcourt le Monténégro au pas de course, on a déjà  oublié ce que c’est que d’avoir qu’une semaine ou deux de vacances. ..

Nous montons ensuite à Kolasin, principale station de montagne du Monténégro. Nous en apprécions l’ambiance alpine, les jolies maisons de bois… et ses spécialités culinaires: attablés au restaurant Vodenica, vieux moulin traditionnel, nous disparaissons sous un bol de kacamak (subtile purée de pommes de terre à la polenta beurrée au fromage) accompagnée de cicvara (polenta crémeuse), de porc au paprika et veau grillé. Tant que mes yeux sont ouverts, je rapproche Slowpy du lac de Biograd et je motive les troupes en leur vendant une sieste digestive au bord de l’eau. Il y a juste 4km (en cote)  de vélo entre nous et ce lac. Mi-assommés par la polenta, mes équipiers se laissent embobiner. Joseph a encore l’énergie de râler pendant cette petite balade. Il faut dire que ça grimpe sec et ma promesse de mega descente de fou au retour n’excite que moi… Quand on arrive au lac, point de plage il n’y a… en revanche un sentier prometteur fait le tour du lac… et nous avons juste le temps de nous l’offrir avant la nuit… Aidée par les grenouilles et les tapis d’ail des ours qui divertissent les troupes, j’embarque mes chéris pour cette 2eme balade digestive… Je suis trop contente de me balader dans le parc national de Biogradska Gora. Il y a de beaux pontons de bois, des fleurs, de l’eau verte, des panneaux pédagogiques intéressants… Et la redescente à fond la caisse réconcilie tout le monde avec le sport. 

On file au monastère de Dobrilovna pour la nuit. Hélas l’accueil y est franchement glacial. La religieuse nous tolère pour la nuit et basta. 

Dimanche 15 avril le canyon de la Tara

Mes marmottes encore au lit, je démarre tôt pour quitter ce monastère hostile sans même l’avoir visité. On se trouve un chouette petit coin pour le petit-déjeuner un tout petit peu plus loin. Manu m’installe une salle de bain nature et je savoure une douche du matin. La pluie s’invite juste après.    Nous sommes à l’entrée du canyon de la Tara. La partie la plus encaissée, 200m de moins seulement que le grand canyon du Colorado à l’endroit le plus profond, ne se visite qu’en rafting, activité dite incontournable au Monténégro. Forcément, ça me fait envie… Mais la saison n’a pas démarré. Nous devrons nous contenter de la vue depuis le pont de Djurdjevica. L’histoire de ce pont nous touche profondément. Au tout début de la seconde guerre mondiale, l’ingénieur Lazar Jaukovic dirige la construction de ce pont aux arches hautes de 150m. C’était à l’époque le plus grand viaduc routier de béton en Europe. En mai 1942, la Résistance ordonne de faire sauter le pont pour contrer Italiens et Allemands. L’ingénieur lui-même doit poser la bombe pour détruire l’ouvrage qu’il a créé. Il a ensuite été fusillé par les Italiens. Le pont a été reconstruit en 1946.Aujourd’hui il est bordé d’impressionnantes tyroliennes. 

Nous continuons la route jusqu’au lac Noir près de Zabljak. Ici il faut payer pour accéder au lac. Pour nous Français, le concept de nature à péage est difficile à admettre tant nous sommes habitués à nos parcs naturels gratuits. Qu’importe, cette balade dans le parc national du Durmitor restera un très beau souvenir, surtout la traversée d’une cascade enneigée et les efforts de bûcheron-ingénieur de Manu pour nous construire un pont en troncs d’arbre.

Les paysages nous rappellent l’Auvergne, les grands espaces du Cézallier. 

J’avais repéré une petite route de montagne pour filer en direction de la Bosnie mais celle-ci est barrée par un gros tas de neige. C’est encore l’hiver ici! Il va falloir faire un beau détour… Décidément, la Bosnie se fait désirer…

Nous nous endormons entourés de crocus, saoulés par l’air pur montagnard.

Lundi 16 avril Pause nature et feu de camp

Nous quittons les montagnes pour rejoindre le lac Krupacko près de Niksic. Finalement on aura fait une boucle au Monténégro.  On est fatigués par les changements de temps brusques. On établi le bivouac au bout d’une route hasardeuse,  sur un promontoire qui domine le lac.  La vue est magnifique mais pas les abords… Le coin semble prisé des amoureux si on en croit les déchets qui jonchent le sol… Mais comment peut on apprécier un lieu pour son romantisme et en même temps le souiller,  lui faisant perdre le romantisme recherché ? ! Encore une fois on ramasse les déchets autour de nous pour vivre dans un endroit propre, libérer la nature et la remercier de nous accueillir.  Je fais la sieste, les gars bouquinent, Manu pêche et on décide de rester poser là jusqu’au lendemain, pas l’énergie d’en faire plus aujourd’hui. Je vais me balader avec Noé. C’est agréable de prendre du temps en duo, de ne pas toujours être tous les quatre. On fait du feu et on cuisine des lentilles au mouton séché avec la marmite. Manu et moi imposons une fin de soirée en amoureux face aux flammes. Ça ressource de se retrouver et de papoter en tête à tête. 

Mardi 17 avril bivouac en nid d’aigle

Toujours à un rythme de paresseux anémiques, nous roulons tout doux en direction de la Bosnie. Le temps est à nouveau pluvieux. Nous nous arrêtons sur une aire de pique-nique en nid d’aigle avec vue sur le barrage de Pluzine. Nous avons traversé des tunnels bien flippants pour arriver là avec des chutes de pierre jusqu’à l’intérieur…  Je me couche avant les poules. On fait une cure de sommeil en ce moment…

Mercredi 18 avril Dovidenja le Monténégro,  Dobar dan la Bosnie !  

56 tunnels traversés (et zéro pierre sur le pare-brise, merci Sainte Chance!) et nous voilà enfin sur le point d’entrer Bosnie par le poste frontière de Scepan Polje. Va-t-on nous accepter cette fois-ci malgré notre absence d’original de carte verte d’assurance?? Suspense……

Véro (et un soupçon de Manu)

A paraître bientôt : La Bosnie

Voir toutes les photos du Montenegro

Relire l’Albanie du nord

Découvrir le côté obscur du voyage

______

Vous avez remarqué ? Il n’y a pas de pub sur notre blog !

Si vous aimez ce qu’on fait,

si vous rêvez avec nos mots et nos photos,

si on vous apporte un peu de chaleur et de soleil,

vous pouvez participer à la cagnotte Leetchi !

Et pour ne rien rater : inscrivez-vous à notre newsletter !

One Comments “Le Monténégro 🇲🇪 du 4 au 18 avril par Véro

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *